CONDITIONS – INDICES CLÉS DE PERFORMANCES

Head and Power Plant (UBC and NBC)

Les mesures de la condition des actifs donnent aux gestionnaires et financiers des informations probantes permettant un contrôle du risque dans les décisions d’investissements à venir.

Ces conditions peuvent être évaluées de trois façons soient:

  • La vie théorique restante : Cette valeur s’obtient en soustrayant de la vie utile espérée de l’actif son nombre d’années d’opération. Ces données sont indicatives et ne tiennent pas compte des divers facteurs d’influence sur la longévité que sont entre autres : la qualité initiale des systèmes, les conditions d’opérations, les entretiens et maintenances faites, et autres facteurs ayant un impact sur la durée réelle de la vie de chacun des actifs.
  • Audit technique de la condition des équipements. L’audit technique fait par les divers experts répondant à chacune des disciplines demandées, donne une bonne approximation de la vie restante de chacun des équipements ou systèmes. Cependant cette mesure est valable pour une courte période de temps (3 ans). Cette approche est relativement longue et couteuse, Elle devrait être répétée aux 3 ans mais en général les organisations prolonge ce délais aux 5 ans. Les décisions prises à partir des données de cet audit deviennent de plus en plus risquées au fur et à mesure que le temps passe.
  • Indices de Conditions des Bâtiments et Systèmes (FCI – SCI) : Ces indices intègrent les différentes informations en provenance de la maintenance afin de déterminer les conditions des systèmes et équipements. Ces indices sont constitués de plusieurs niveaux avec une échelle de graduation variable.

C.E.S. Groupe a opté dans le cas des indices de conditions, pour l’échelle utilisée par la majorité des organisations Nord-Américaines et qui se décrit ainsi:

  • 0 à 0.5% - Excellentes conditions – Neuf – Rencontre les besoins présents et futurs
  • 0.6% à 15% - Bonnes conditions – Rencontre les besoins présents
  • 16% à 30% - Utilisable – Déficiences importantes et des systèmes ou équipement importants arrivant à fin de leur vie. Rencontre les besoin minimum.
  • 31% à 60% : Détérioré – Ne rencontre plus les besoins. Une attention immédiate est nécessaire aux systèmes ou équipements approchant la fin de leur vie. Des provisions budgétaires pour des réparations deviennent difficiles sinon impossibles.
  • Plus de 60% : Risqué. Ne rencontre plus les besoins. Attention immédiate car les principaux systèmes sont à la fin de leur vie utile et à très haut risque de panne majeure ou finale. Des provisions budgétaires pour des réparations deviennent impossibles.
Certains subdivisent l’échelle entre 0 et 15%. En y intégrant une plage de 0.6% à 5%. Le rôle de l’actif dans la mission de l’entreprise est un facteur qui peut influencer l’intégration ou non de plage intermédiaire. À titre d’exemple, les salles blanches et laboratoires de confinement, auront une distribution de plages plus fréquentes entre 0 et 15% avec des qualificatifs plus sévère.

L’approche prise par C.E.S. Groupe pour l’évaluation des conditions des actifs se résume selon les deux grandes étapes suivantes.
La mise en marche de la solution:

  • Recueillir les informations sur la vie théorique utile de chacun des équipements, systèmes et bâtiments incluant le calcul de la vie théorique restante et Audit de niveau 1 (inspection visuelle) pour confirmer ou infirmer les valeurs théoriques.
  • Faire une première évaluation des indices FCI et SCI à partir des informations recueillies auprès des équipes de maintenance et d’opération de l’organisation. Ces valeurs sont utilisées comme donnée préliminaires pour identifier les actions à conduire et rédiger le premier PDMA.
Durant les opérations courantes:
  • Les valeurs des FCI et SCI pour les équipements, systèmes et actifs obtenues de l’outil de gestion de la maintenance MiniMaint sont intégrées aux valeurs initiales de gestion des actifs et donnent un état probant de l’état des actifs en continu ainsi que l’information probante (Mémoire Corporative) pour les décisions et priorisations des actions du PDMA ».